Le travail à temps partiel durant les études chez les élèves du secondaire : impacts sur leur adaptation scolaire et psychosociale

Article de revue

Contributeurs: 
État de publication: 
2007
Nom de la revue: 
Éducation et francophonie
Intervalle de pages: 
161-181
Résumé: 
Le travail à temps partiel (TTP) des adolescentes et adolescents durant les études est un phénomène social de plus en plus répandu en Amérique du Nord. Pourtant, que savons-nous de ses impacts, à court et à moyen termes, sur l’adaptation scolaire et psychosociale des élèves entre le milieu et la fin du secondaire? Dans le cadre d’une étude québécoise, des questionnaires standardisés ont été remplis par des élèves en troisième, quatrième et cinquième secondaire : tracas quotidiens (Plancherel et al., 1997), stratégies adaptatives (Frydenberg et al., 1993), problèmes psychopathologiques (Achenbach, 1991), estime de soi (Rosenberg, 1965), optimisme (Scheier et al., 1985), autonomie (Greenberger et al., 1974) et travail à temps partiel (adaptation du MÉQ, 1994). Les relevés de notes des élèves en mathématiques, en français ainsi que le relevé général furent également recueillis. Globalement, les résultats révèlent que le TTP durant les études s’avère un facteur de risque pour l’adaptation scolaire des élèves en troisième et en quatrième secondaire travaillant plus de onze heures par semaine, ce qui n’est pas le cas de ceux appartenant à la même catégorie en cinquième secondaire. Par contre, aucun coût réel associé au TTP durant les études n’a été observé sur l’adaptation psychosociale des adolescentes et adolescents et cela, aux trois cycles scolaires. D’autres analyses indiquent qu’un TTP effectué en troisième secondaire ne permet pas de prédire la sévérité des tracas quotidiens, les ressources personnelles, les résultats scolaires et les comportements intériorisés et extériorisés mesurés en quatrième secondaire, exception faite des stratégies adaptatives productives et sociales évaluées en cinquième secondaire. La conclusion porte sur l’importance de renforcer les facteurs de protection de chaque élève afin de mieux faire face au tandem travail-études.