Participation dans le groupe ou la classe

Groupe / Classe

Il existe un consensus scientifique voulant que la période de la petite enfance soit cruciale au regard de la PRS. De plus, plusieurs études font ressortir les effets positifs d’une expérience éducative de qualité sur le développement cognitif, langagier et socio-émotionnel des enfants, à court terme (Bigras et al, 2010; Bouchard et al, 2010; Cantin et al, 2012 ; Desmarais et al, 2012a; Lemay et al, 2014 : Manningham et al, 2011), à plus long terme au primaire et au secondaire.

Les chercheures et chercheurs du Réseau se préoccupent du développement des enfants, en particulier dans les milieux moins favorisés et aussi dans les milieux autochtones (Bouchard et al, 2015; Manningham et al, 2011; Garakani, 2015) afin que les élèves puissent bien amorcer un parcours scolaire « gratifiant » et le mener à terme. À titre d’exemple, on peut penser au grand succès obtenu par les études collaboratives de chercheures et chercheurs de l’Université Laval réalisées à l’École Oraliste de Québec sur le plan de la persévérance d’enfants atteints de surdité dans leurs études (Makdissi et Boisclair, 2011). On peut aussi penser, suite aux travaux sur les facteurs de risque de décrochage au secondaire (Fortin et Lessard, 2013), à ceux de la Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke sur la PRS dont les programmes d’évaluation et d’intervention pour des élèves en difficulté se sont révélés prometteurs en matière d’engagement et de persévérance (Lessard et al, 2013, 2015; Boudreau et Deslauriers, 2012). 

Enfin, des interventions visant le développement de la métacognition, de l’apprentissage autorégulé (Buysse, 2007, 2012; Muis et Lajoie, 2013-2018), de l’apprentissage coopératif (Laferrière et al, 2014, 2014) et de l’étayage de l’apprentissage (DeBlois, 2014), conditions importantes dans la persévérance et la réussite, semblent possibles au primaire comme au secondaire.

Le réseau PÉRISCOPE conduit un chantier sur l'engagement de l'élève dans la classe et l'ensemble des résultats est accessible sous ce lien.

  • Chantier sur l'engagement des élèves en classe

    Ce 2e numéro multimédia de Leviers PRS retient le thème de l'engagement des élèves dans la classe ou dans l'école ainsi que des étudiant-e-s dans l'établissement postsecondaire. Il s'inscrit au premier niveau de participation, soit celui de l'élève/l'étudiant-e dans son groupe ou la classe. Pour accéder à ce 2e numéro, suivre ce lien.

  • Les processus interactionnels dans la classe qui favorisent l'engagement et l'adaptation positive des élèves à risque de décrochage scolaire

    Dans le cadre de cette entrevue, Sandy Nadeau présente un projet de recherche qui visait à mieux comprendre les processus qui ont permis à 18 élèves considérés à risque de décrochage scolaire de s’engager davantage dans leurs apprentissages en classe afin de persévérer et d’obtenir leur diplôme d’études secondaires.

  • Analyser les interactions en classe et les pratiques enseignantes pour favoriser l'engagement des élèves

    Dans cette entrevue, Anne Lessard explique comment le projet CLASS soutient les enseignant.e.s dans le développement de pratiques pédagogiques favorisant l’engagement des élèves dans la classe grâce, notamment, au maintien d’un climat propice à l’apprentissage.

  • Les pratiques de gestion de classe qui favorisent l’engagement des élèves

    La recherche en éducation a montré que les pratiques de gestion de classe s’inscrivant dans une approche proactive d’intervention et qui vont au-delà du simple contrôle des élèves peuvent favoriser une plus grande participation des élèves dans la classe et soutenir leur engagement scolaire. Celles présentées dans le cadre de cette entrevue s’inscrivent dans cette lignée et montrent qu’à travers les choix qu’ils ou qu’elles font, les professionnel-le-s de l’enseignement peuvent avoir un impact réel sur le niveau de participation, d’engagement, des élèves de leur classe.

  • Le concept de l’ÉER (école en réseau) se répand

    Mise en place par les commissions scolaires en coordination avec le CEFRIO et le CRIRES, le concept de l’École en réseau (ÉER), partenaire du réseau PÉRISCOPE, se répand en France.

  • L'apport des pratiques enseignantes en mathématique sur l'engagement des élèves

    L’étude de cas présentée dans le cadre de cette entrevue rend compte de certains choix pédagogiques et didactiques qui peuvent être faits dans l’enseignement des mathématiques de manière à favoriser l’engagement réel des élèves dans la classe.

  • Quatre voies d'action pour contrer le décrochage

    Le réseau PÉRISCOPE (Plateforme Échange, Recherche et Intervention sur la SCOlarité : Persévérance Et réussite) vise à croiser les perspectives des acteurs de l’éducation, par la recherche et l’intervention, afin de promouvoir une plus grande synergie autour de la persévérance et la réussite scolaires (PRS). Le réseau initie une nouvelle série basée sur des savoirs savants et des savoirs d’expérience afin de contribuer à la prise de décision des enseignant-e-s, des administrateur-trice-s de l’éducation, des parents, des étudiant-e-s et des chercheur-e-s qui partagent la même vision d’améliorer l’expérience de scolarisation des jeunes et ses résultats. Voir les quatre pistes d'action en matière de PRS présentées sous ce lien.

  • L'école (éloignée) en réseau, un agent interculturel axé sur la valorisation de l'éducation et la réussite scolaire à l'ère numérique

    L'école en réseau (ÉER) au Québec remonte à 2002 et s'est développée grâce à un partenariat entre le MEQ, le CEFRIO et le CRIRES. L'approche est systémique. Depuis trois ans, la région de l'Auvergne adapte ce modèle et s'en réjouit -- pour en savoir un peu plus, suivre ce lien.  Dans les prochaines semaines, des élèves du Québec auront l'occasion de participer à un MOOC où des classes francophones présenteront leur école, leur région et inviteront une autre classe ou plus d'une classe, à travailler en collaboration à partir d'énigmes régionales qu'elles auront lancées sur le MOOC.


  • Deux membres de Périscope gagnent au Coopérathon 2017 à Québec

    Durant le mois d’octobre 2017, Michelle Deschênes et Séverine Parent ont participé au Coopérathon. Durant 25 jours, elles ont travaillé à développer une solution innovante à un enjeu concret de société : les enseignants ont besoin de données pour faire les meilleures interventions au meilleur moment auprès de leurs étudiants.

  • Un partenaire nous renvoie à un texte de 1995: Branchons les décrocheurs

    Ce n'est pas d'hier que les technologies et les ressources numériques (ou les TIC pour qui préfèrent cet acronyme) sont vues comme d'un possible apport à la participation des élèves qui ne trouvent guère de sens sur les bancs de l'école. Voir l'article d'Audrey Miller dans l'École branchée en suivant ce lien.