La contribution des jeunes inuits et des programmes communautaires à l’apprentissage et à la persévérance tout au long de la vie

Articles de revue

Contributeurs: 
Rahm, Jrene (Auteur)
État de publication: 
2019, mars
Nom de la revue: 
Revue de la persévérance et de la réussite scolaires chez les premiers peuples
Volume: 
3
Intervalle de pages: 
102-105
ISSN: 
2368-7681
Résumé: 
Collaboration : Shirley Tagalik, Kukik Baker, Gordon Billard, Jamie Bell, Eric Anoee, Vincent l’Hérault et Marie-Hélène Truchon

Les programmes communautaires d’éducation informelle chez les jeunes inuits représentent une partie cruciale de l’«apprentissage tout au long de la vie», et même si ces programmes ne font pas partie du système officiel d’éducation, ils ancrent profondément les possibilités d’éducation dans les valeurs inuites. Le processus d’Inunnguiniq, c’est-à-dire la création d’un être humain capable et autonome, est fondamental pour l’apprentissage de vie. Les programmes axés sur la culture recréent essentiellement l’« apprentissage informel, intergénérationnel et contextualisé, caractéristique de la transmission du savoir traditionnel » , qui était soutenu naturellement, au sein des familles et entre elles, dans la pratique culturelle inuite (Karetak, Tester et Tagalik, 2017; Tagalik, 2012b). Ce projet explore la contribution des programmes communautaires d’éducation informelle chez les jeunes inuits à ce processus d’apprentissage tout au long de la vie et les conséquences qui en ressortent pour la persévérance des jeunes. L’analyse s’inscrit dans « l’épistémologie inuite » ou « Inuit Qaujimajatuqangit » (Tagalik, 2012a, p. 1). C’est-à-dire que le sens donné ici à la persévérance scolaire découle des savoirs propres à la culture inuite. Il s’appuie sur des travaux antérieurs sur la persévérance, telle que définie par le Conseil canadien sur l’apprentissage (2009), en collaboration avec les Inuits.